Une journée dans la capitale du livre, avec les 2nde8
Article mis en ligne le 17 décembre 2009
dernière modification le 28 avril 2013
Imprimer logo imprimer

Départ du lycée à 8h00 :

Tout le monde est là , impatient de monter dans le car, mais le chauffeur emboutit une borne en reculant pour se garer. Et même si Mme Laforêt essaie d’avertir le chauffeur, malheureusement il est trop tard, le mal est fait. Aux abords de Paris, pas d’embouteillage mais nous découvrons des bidonvilles en bordure des périphériques. Le car nous dépose Boulevard Saint-Germain et nous nous dirigeons vers la rue Saint André-des-Arts, à la maison d’éditions P.O.L située au fond d’une jolie petite cour fleurie. Deux groupes sont constitués, l’un part en balade, l’autre va rencontrer l’éditeur. (Dany, Rémi, Emeline, Lauridan, Benoit)

Quartier latin :

Une quinzaine d’élèves passent devant le domicile de Baudelaire, accompagnés de mesdames Laforêt ou Durrheimer et un guide de l’Ecole du Louvre. Passage place Saint-Michel, avec photo devant la fontaine du saint vainqueur du démon,

JPEG - 2.4 Mo
Fontaine Saint-Michel

les bouquinistes sur les quais de la Seine -spécialité de Paris depuis le XVIe- , la librairie anglaise Shakespeare et Cie, puis le square Saint-Julien qui abrite le plus vieil arbre de la capitale (XVIIe),

JPEG - 2 Mo

ensuite la rue de la Huchette où les odeurs alléchantes nous assaillent alors que notre ventre gronde, le célèbre mais minuscule théâtre de la Huchette où se joue depuis 1953 La Cantatrice chauve (16500 représentations !).

JPEG - 2 Mo
Théâtre de la Huchette

Nous reprenons le Boul’Mich ; en chemin vers la Sorbonne, près du musée de Cluny, des sabots retentissent sur le pavé parisien : la garde républicaine défile la tête haute dans le froid de Paris. Arrêt devant la Sorbonne, déambulation dans des rues pleines de librairies, arrêt devant le théâtre de l’Odéon, le Café des Editeurs, le Procope pour finir devant le lycée Fénelon (cher à notre professeur). Nous retrouvons l’autre groupe chez P.O.L. Qu’ont-ils fait pendant ce temps ? (Nicolas, Amjad, Margot, Anaëlle)

Chez P.O.L

Nous sommes arrivés chez l’éditeur P.O.L., 33 rue Saint André des Arts ; une plaque toute simple indique le lieu

JPEG - 2 Mo
Chez P.O.L

et nous rentrons dans une petite cour où nous découvrons plusieurs maisons d’édition. Nous sommes accueillis par Jean-Paul Hirsch (directeur commercial) qui nous conduit dans le bureau du directeur littéraire, Paul Otchakovsky-Laurens . Comment allons-nous tenir tous dans ce petit local encombré de livres, manuscrits, photos, revues ? P.O.L. commence à nous parler du fonctionnement de sa "maison" avec six personnes (directeur littéraire, directeur artistique, chargé de relations, traducteur, secrétaire, correcteur à domicile) ; nous apprenons que P.O.L. publie 40 à 50 ouvrages par an, avec un tirage minimum de 3000 exemplaires, 60000 maximum (le dernier Emmanuel Carrère), 10% des ventes reviennent à l’auteur. Mais, avant cela, il lui faut lire plus de 3000 tapuscrits ! P.O.L. est devenu éditeur après avoir été lecteur externe chez Bourgois en 1969, puis responsable d’une collection chez Flammarion et enfin créateur d’une collection : Hachette-P.O.L. en 1977. Il a créé sa maison d’édition en 1983 (26 ans d’existence). Il nous confie qu’il connaît des périodes sans lecture, moments difficiles pour lui car son plaisir est de lire et il ajoute tout simplement "Je publie les livres que j’aurais aimé avoir écrits". En sortant , nous voyons un auteur venu remplir son service de presse : signer les 300 premiers exemplaires de La Centrale, destinés aux médias et au milieu littéraire.(Justin, Pierre, Quentin, Laura P.)

Après cette visite, disposant d’une heure et demie de "quartier libre", nous partons à l’aventure en quête de nourriture bien méritée dans le Quartier latin. Certains sont partis manger à Macdo ou au kebab. Ayant repris des forces on fait du lèche-vitrine en attendant le car qui nous emmène dans le 15ème pour aller sur le plateau de la Grande Librairie. Sur le chemin on passe devant l’appartement de Jacques Chirac, on peut voir l’Assemblée Nationale, le Louvre, la Tour Eiffel, le Musée d’Orsay...

La Grande Librairie

Les plateaux de La Grande Librairie se situent dans le 15e arrondissement, aux studios Rive gauche. Nous sommes accueillis par une chargée de communication qui nous emmène dans une salle et nous donne des consignes pour l’enregistrement : se taire dès que l’animateur entre sur le plateau (il doit se concentrer) ; ne pas gesticuler ; rire si l’on veut ; applaudir à la demande...

JPEG - 105.5 ko
Avant d’entrer sur le plateau

Avant de rentrer sur le plateau, nous abandonnons sacs et manteaux au vestiaire, puis nous nous installons sur des gradins.

JPEG - 97.3 ko
JPEG - 101.8 ko

A nous seuls, nous formons le public, mais quel public !, une poignée de spectateurs se joignant à nous. Le plateau est petit par rapport à ce qu’on peut voir à la télévision (France 5, jeudi 20h30).

JPEG - 138.4 ko
Enfin, le plateau !

Atmosphère survoltée : chaleur des projecteurs, courses endiablées des maquilleuses, dernières mises au point... Silence, on tourne ! Fabrice Luchini est à l’aise ; il parle de Céline, Nietzsche, Proust comme de vieilles connaissances (pas pour nous qui "décrochons" un peu), récite de mémoire leurs textes , évoque son spectacle "Le point sur Robert". Ses propos sont entrecoupés de vidéos sur Luchini, Céline et les dessins improvisés de Jul. Arrivent alors les invités surprise, deux jeunes auteurs de B.D., Joann Sfar et Christophe Blain. De façon inattendue, Fabrice Luchini conclut l’émission en évoquant "la paix du slip" qu’il connaît à son âge.

JPEG - 136.9 ko
Joann Sfar, Christophe Blain, François Busnel, Fabrice Luchini

Le plateau déserté, nous pouvons parler avec les cameramen qui nous expliquent quelques astuces de prise de vue pour faire des effets ;

JPEG - 115.9 ko
Secrets de cameraman

enfin nous parcourons loges et autres plateaux avant de quitter les lieux.(Andréa, Denis, Adrien, Julien)

Diffusion de l’émission le jeudi 17 décembre, sur France 5, à 20h35.
Rediffusion dimanche 20 décembre, sur France 5, à 8h55

Le voyage de retour ne manque pas d’ambiance. Mme Laforêt nous a distribué des Carambars... Retour difficile à Saint Jean de Braye vers 19 h00, car nous sommes pour la plupart fatigués...mais contents de notre escapade.

 
 
 
 

Calendrier

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Pas d'évènements à venir

Dernières actus



puce Plan du site puce Contacts puce Mentions légales puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2004-2017 © Lycée Jacques Monod - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.3