Les photos du concours Photomath’s
Article mis en ligne le 24 novembre 2009
dernière modification le 5 février 2013
Imprimer logo imprimer
PDF - 36.9 ko
Le palmarès Photomath’s

Le chou mathématique Le chou romanesco est constitué d’un ensemble de « florettes » pyramidales disposées en couronnes spiralées. Sa forme est fractale, c’est à dire que c’est un motif qui se répète en suivant une certaine loi qui se rapporte aux mathématiques.
Bibliothèque de Celsius, ville d’Ephèse, Turquie Ce morceau de la façade d’une bibliothèque reprend la symétrie axiale, le cylindre, les proportions, les parallèles et les perpendiculaires, bases essentielles des problèmes de géométrie. L’architecture, typiquement grecque, prise sous cet angle permet de se rendre compte des volumes et des positions de chaque élément de la photographie, qui sont en effet dans des proportions très bien étudiées.( J’ajoute que cette photo a été prise lors de vacances estivales et non sur un site quelconque. )
La suite de Fibonacci dans la nature Cette photographie illustre la suite mathématique de Fibonacci à travers plusieurs exemples tirés de la nature obéissant à cette suite. Cette composition est réalisée sur une affiche où est retracée la suite sous une forme géométrique.
Géométrie éternelle L’image se structure de manière géométrique. Tout d’abord les continuités de deux lignes directrices forment un triangle rectangle au centre de l’image. De plus, l’hypoténuse de ce dernier est parallèle à une autre ligne directrice formée par le positionnement des deux roues. Pour finir, on observe un carré dont un des côtés verticaux s’aligne sur l’axe de l’arbre, et sa base sur la partie supérieure du triangle.
Pourquoi les jeux de dé ne sont pas des jeux de hasard ? Des travaux montrent que les résultats du jet sont prévisibles quand on fixe les conditions initiales avec la précision requise : la probabilité que l’objet retombe sur la face tournée vers le bas au moment du lancer est alors supérieure à celle qu’il retombe sur une autre face.
Rangs de blé Chaque rang est parallèle entre eux il y a 12,5cm entre chaque. Et pourtant tous les rangs se resserre plus on lève les yeux. Les rangs converge vers un point de fuite (en haut) en formant si on continu un "tapis" de jeune pousse de blé on ne distinguera presque plus les rangs.
L’effet papillon .... J’ai tout d’abord choisi cette photographie car j’adore simplement cette image d’un papillon furtif et éphémère .... Mais aussi, car cela illustre tellement de choses, notamment l’effet papillon... L’effet papillon est le phénomène d’une petite chose anodine qui en engendre d’autres bien plus importantes .Il y a d’ailleurs cette célèbre image : " un battement d’aile peut déclencher un ouragan de l’autre côté du monde".En mathématiques, l’effet papillon peut s’illustrer grâce aux suites ( géométriques ou arithmétiques ) . En effet, une suite peut être définie par récurrence, c’est à dire que l’on peut calculer un terme en fonction de celui qui le précède. Mais si le tout premier terme est entaché d’erreur ; même minime ; cette erreur va considérablement être amplifiée au fur et à mesure que l’on calcule les autres termes....petite chose grandes conséquences...De plus, les papillons sont symétriques par rapport à leurs abdomens, ce "phénomène" est connu en mathématiques : c’est la symétrie axiale ( que possèdent d’ailleurs les fonctions paires) !
PDF - 43.8 ko
Règlement du concours Photomath’s
 
 
 
 

Calendrier

Pas d'évènements à venir

Dernières actus

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contacts puce Mentions légales puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2004-2017 © Lycée Jacques Monod - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.3